Comment et pourquoi réaliser un feedback positif ?

Comment et pourquoi réaliser un feedback positif ?

Le feedback positif

Un feedback positif est un outil extrêmement puissant pour motiver un travailleur et lui exprimer sa reconnaissance. Tous les feedbacks positifs ne se valent pourtant pas. Certains sont naturellement plus à l’aise que d’autre pour donner un feedback percutant. Dans cet article, je vais vous présenter :

  1. Comment faire son feedback,
  2. Les 3 composantes du bonheur en psychologie positive,
  3. Les 2 types de feedback positif,
  4. Pourquoi faire un feedback positif (3 raisons).

Comment faire son feedback ?

Je vous propose la définition suivante :

Un feedback positif est une appréciation positive donnée personnellement, sincèrement et objectivement sur une attitude, un comportement ou un résultat obtenu.

Décortiquons ensemble cette définition : il s’agit d’une appréciation positive. Il faut donc témoigner par les gestes ou la paroles de manière positive. Pour que ce soit vraiment efficace, soyez préparé. Dans mon article sur les émotions au travail (que vous pouvez lire en cliquant ici), je vous parlais de la littératie émotionnelle. De manière similaire, disposez de suffisamment d’ingrédients verbaux pour témoigner de votre appréciation positive ?

Ensuite, cette appréciation positive doit être donnée personnellement. Ne diluez pas la portée de votre feedback positif en le faisant transiter par des personnes intermédiaires. Elle doit également être sincère. Il ne s’agit pas de balancer des remerciements en mode automatique, dénuée de toute considération. Vous devez vous montrer franc, avec vous-même et envers la personne qui reçoit votre feedback. Enfin, cette appréciation positive doit être objectivable. Ce qui appuiera l’aspect sincère de votre appréciation.

Le feedback positif peut porter sur une attitude, un comportement ou un résultat. Bien sûr, pas sur n’importe quelle attitude, comportement ou résultat.

Les trois composantes du bonheur en psychologie positive

En psychologie positive, il est courant de décomposer le bonheur en trois composantes :

  1. la composante hédonique
  2. la composante eudémonique
  3. le flow

La composante hédonique du bonheur se rapporte au plaisir immédiat que l’on peut obtenir. C’est un plaisir/bonheur basé sur les sens, les émotions, il peut être très intense, mais est généralement de courte durée : la bonne nourriture, le sexe, une bonne blague, etc.

A l’opposé, la composante eudémonique se rapporte à un plaisir plus diffus. C’est un plaisir ou un bonheur qui est plutôt basé sur la cognition, la réflexion. Le bonheur eudémonique est typiquement (beaucoup) moins intense que le bonheur hédonique, mais il dure aussi beaucoup plus longtemps : par exemple la satisfaction des réussites que l’on a pu accomplir dans sa vie.

Le flow est un état de profonde absorption que l’on peut avoir lorsque l’on est plongé dans un tâche à point tel que l’on oublie le temps qui passe, que l’on oublie de manger, etc.

J’aime utiliser ces caractères hédoniques et eudémoniques pour qualifier deux types différents de feedback positif.

Le feedback hédonique et le feedback eudémonique

Le feedback hédonique se base sur une reconnaissance immédiate, vive et intense d’une attitude, d’un comportement ou d’un résultat. Imaginez que votre ordinateur portable tombe en panne à 10.15 heures. Vous avertissez votre service informatique et à 10.45 heures, vous disposez d’un nouvel ordinateur portable qui contient tous vos fichiers grâce au système de sauvegarde mise en place dans votre entreprise. Vous êtes étonné et satisfait, la première chose qui vous vient à l’esprit, c’est “Waouw, vous êtes efficaces!”. C’est un feedback hédonique.

Le feedback eudémonique a un portée plus profonde, il se base sur une appréciation positive qui s’est construite sur la durée. D’ailleurs, il ne se donne généralement pas immédiatement après l’attitude, le comportement ou le résultat. Il a été mûri et vous allez planifier un rendez-vous ou un entretien pour témoigner de votre reconnaissance envers la personne ou l’équipe qui le mérite.

Vous devez penser à bien doser les feedbacks que vous donnez car l’adaptation hédonique qui existe pour le bonheur existe aussi pour le feedback. L’adaptation hédonique renvoie au fait que le même stimulus répété trop souvent ou trop longtemps perd de son effet. Vous pouvez vous en convaincre facilement : si vous manger une glace de qualité occasionnellement, vous prendrez un certain plaisir. Par contre, si systématiquement vous avez une glace chaque jour, à la fin de votre repas, indépendamment de sa qualité, vous finirez par vous en lasser.

C’est également vrai pour le feedback hédonique, même s’il est 100% sincère et spontané, vous devez prendre attention à le donner parcimonieusement au risque qu’il ne soit pas apprécié à sa juste valeur. Dans le même ordre d’idées, rappelez-vous que trop de reconnaissance au travail peut, à un certain moment, générer du stress chez les employés. (J’en parle dans mon article sur la reconnaissance au travail que vous pouvez lire en cliquant ici)

Pourquoi faire un feedback positif

Le feedback positif est intéressant à réaliser dans 3 situations :

  1. Encourager vos collaborateurs/vos collègues sur leur chemin de développement professionnel,
  2. Préserver le bien-être de vos collaborateurs/collègues,
  3. Faire accepter plus facilement des feedbacks négatifs

Pour comprendre l’intérêt du feedback positif, il est également important de comprendre qu’il se donne à une personne lorsqu’elle est sortie de sa zone de confort, qu’elle se trouve à la frontière de ses compétences ou encore que les conditions de travail ont été beaucoup plus exigeantes qu’habituellement. Je déconseille fortement d’user de feedback positif pour souligner un travail routinier bien fait.

Encourager les collègues / collaborateurs sur le chemin du développement professionnel

Dans le cadre du développement professionnel, nous sommes tous en constante évolution, à la fois dans nos compétences techniques et relationnelles. Fournir un feedback positif en temps utiles permet de renforcer l’attitude d’un collaborateur qui se risque à une prise d’initiative dans le contenu de son travail ou dans la façon de faire son travail. De manière équivalente, une absence de feedback positif peut également servir de signal qu’il n’emprunte pas la bonne voie.

Préserver le bien-être

Que ce soit sous la forme de soutien social entre collègue (j’en parle ici) ou de reconnaissance au travail (j’en parle ici), le feedback positif peut être un facteur protecteur contre l’épuisement professionnel, le stress et le burnout.

Faire accepter plus facilement des feedbacks négatifs

Parce qu’en étant sincère et authentique pour reconnaître la réussite dans le chef de nos collègues ou collaborateurs, la personne en face de nous ne se braquera pas quand viendra le moment d’écouter des remarques qui soulignent une comportement, une attitude ou des résultats qui ne sont pas en ligne avec ce que l’on est en droit d’attendre de sa part.

En conclusion

A ce stade, vous savez qu’un feedback positif se base sur des éléments objectifs, qu’il s’agit d’une appréciation sincère, authentique. Vous savez distinguer le feedback hédonique du feedback eudémonique et quand les utiliser et vous connaissez trois situations opportunes pour utiliser le feedback positif.

Selon vous, quelles sont les autres raisons d’utiliser le feedback positif ? comment procédez-vous ? êtes-vous plutôt feedback hédonique ? ou eudémonique ? dites-moi tout en commentaire ! 🙂

Si vous avez aimé l'article, pensez à le partager ! :-)