Comment devenir un leader ? – Deuxième partie

Comment devenir un leader ? – Deuxième partie

Devenir un leader - partie 2

Si ce n’est pas encore fait, pensez à lire : Comment devenir un leader – Première partie !

Pour résumer brièvement, dans cette série d’article, je vous les aspects les plus importants pour devenir un leader. Ces aspects proviennent de Dominic Barton qui a posé la question à 1700 CEO :

“Que savez-vous maintenant que vous auriez aimé savoir lorsque vous avez commencé ?”.

Dominic Barton

Pour rendre ces principes plus explicites, je les illustre en utilisant un exemple fictif : Natacha, 32 ans, éducatrice canine.

Dans l’article précédent, j’ai abordé :

  1. Avoir une mission ambitieuse,
  2. Etre persévérant et résilient

Dans cet article, je vais aborder :

  1. Etre désintéressé et garder l’esprit ouvert,
  2. Prendre une décision et l’assumer
  3. Absorber et compartimentaliser

Être désintéressé et garder l’esprit ouvert

Etre un leader, c’est aussi et surtout servir les autres et reconnaître que tout ne tourne pas autour de soi, surtout lorsque l’on arrive à une position confortable socio-économiquement. La réussite ne doit pas nous obscurcir au point de penser que forcément, si on a pu “réussir“, c’est que nos idées sont nécessairement meilleures que celles des autres.

Pour Natacha, ce désintéressement peut se traduire de multiples manières. Par exemple, contrairement à son premier job qui avait pour seul but de lui permettre de subvenir à ses besoins, son job d’éducatrice canine est sa mission, l’objectif premier n’est pas forcément de remplir son portefeuille. Mais elle sait aussi qu’elle a besoin d’argent pour financer sa mission et avoir le confort de vie qu’elle souhaite.

Garder l’esprit ouvert peut signifier pour elle, toujours oser se remettre en question sur ses pratiques professionnelles. Cela peut vouloir dire écouter et mettre en pratique les conseil d’éducateurs canins peut-être moins expérimentés qu’elle.

Avoir la capacité de prendre une décision et l’assumer

Dominic Barton explique sur ce principe que généralement, les décisions qui arrivent sur le bureau des dirigeants des entreprises sont rarement des décisions faciles. Car si c’étaient des décisions faciles, elles auront probablement été prises à des échelons inférieurs.

Attention : spoiler !! si vous regarder Canine Intervention sur Netflix, passez directement au point suivant “Absorber et compartimentaliser” !

J’ai regardé la première saison de Canine Intervention sur Netflix et dans un des épisodes, une dame, amoureuse des chiens, recueillait tous les chiens abandonnés. Au point où toutes ses ressources financières y passaient entièrement et que le burnout la guettait.

Pour Natacha, pouvoir prendre une décision et l’assumer, c’est aussi oser dire non si nécessaire. Imaginons que Natacha décide de recueillir des chiens abandonnés ou dans le besoin. Sans doute qu’à un certain moment, il y aura un chien qui aura vraiment besoin de son aide. Et elle devra dire non parce qu’elle doit penser à sa santé et à sa mission qu’elle doit tenir sur le long terme.

Sur un autre aspect, Natacha pourrait accepter exceptionnellement d’offrir des cours à des personnes dans une difficulté financière. Pourtant, si elle ne fait que donner des cours à des personnes qui ne peuvent pas la payer, elle ne pourra pas accomplir sa mission. Donc, parfois, elle devra dire non à des personnes en difficultés financières pour pouvoir accueillir des clients qui paient le juste prix, afin d’assurer la pérennité financière de sa mission.

Absorber et compartimentaliser

Compartimentaliser renvoie au fait de pouvoir gérer simultanément différents projets aux issues graves et incertaines tout en pouvant gérer des tâches plus anodines qui doivent être faites.

Un des exemples les plus faciles à comprendre, c’est la capacité à pouvoir éviter que les soucis de notre vie professionnelles n’impactent trop notre vie privée et inversement.

Pour Natacha, cela peut être le fait que la situation de santé d’un de ses proches qui se dégradent n’impacte pas trop la joie et la passion qu’elle met dans ses cours d’éducation canine et envers ses clients. Un autre exemple est de devoir, par exemple, gérer un client difficile dans un cours collectif, sans que cela n’affecte la façon dont elle traite les autres clients.

Pour conclure

Dans ce deuxième article consacré au développement de votre leadership, vous avez appris qu’il était important de garder à l’esprit qu’être un leader, c’est aussi servir les autres. Etre désintéressé et garder l’esprit ouvert, garder la curiosité du débutant.

Sur votre chemin dans le développement du leadership, certaines décisions à prendre ne seront pas facile. Vous devrez cependant trouver la force nécessaire pour toujours prendre une décision, aussi désagréable qu’elle puisse être, parce que c’est important pour réaliser votre mission.

Enfin, il vous faudra également apprendre à accepter une certaines doses de stress ou de contrariétés et surtout faire en sorte de bien compartimentaliser différents aspects de votre vie.

J’espère que cet article vous a été utile, n’hésitez pas à le partager à un.e amie. Est-ce que vous avez une idée des prochains principes que je vais aborder dans le prochaine article ? Dites-le moi en commentaire !

Si vous avez aimé l'article, pensez à le partager ! :-)